Covid-19 : rencontres et travaux en présentiel suspendus

Colloques, Soirées et Journées d'Etudes sont reportés à une date ultérieure 

Prenez soin de vous, des autres, et de tous !

gestes simples

 (v. 27/04/2020)

Plateforme C.N.C.P.H. ressources - attentes : https://solidaires-handicaps.fr/

Treizième Journée de l'A.N.H.D.J. : " Soin, scolarité, école inclusive "

 L' ANHDJ (Association Nationale des Hôpitaux de Jour pour Enfants et Adolescents souffrant de troubles psychiques ) 
organise  une Journée sur le thème :
" Soins, Scolarité, Ecole inclusive "
date: Le 6 Juin 2020
lieu: mairie du 9ème arrdt Paris
horaires: 9h à 17h "

26 février 2020 : Les soirées Book-en-train accueillent Jean ALLOUCH - Nouvelles remarques sur le passage à l’acte - Ed EPEL (Paris), 2019

« Réfléchir c’est capituler » Thomas Diet, vice-champion du monde de ski free ride

 

    En institution, un acte violent sera souvent le prélude à l’exclusion. Dans le meilleur des cas, la lecture qui en sera faite se demandera s’il est le fait d’un passage à l’acte, hors sens et sans pensée, ou d’un acting out (l’agieren freudien, « transfert sans analyse » disait Lacan), porteur de sens et adressé, mais inconscient. C’est dans ce duo classique que Jean Allouch introduit un troisième terme qu’il emprunte à Fethi Benslama : le saut épique, soit un acte qui est la réalisation d’une pensée articulée et consciente d’elle-même, donc un acte faisant  sens et s’inscrivant dans un récit, épique lui-aussi.

    Dans ce livre, l’auteur faufile les quatre ouvrages qu’il a précédemment consacrés à la question du passage à l’acte* pour les tresser à ses derniers textes. Il revisite les cas dont il a parlé, y adjoint celui de Claire Lannes héroïne de L’Amante anglaise de Marguerite Duras, pour répartir, dans chacun des actes commis, ce qui relève du passage à l’acte et ce qui relève du saut épique. L’horizon du texte est, lui, réglé sur la fin de l’analyse. L’acte par lequel un analysant va y mettre fin étant clairement situé du côté du saut épique, et celui par lequel il va, éventuellement, passer à l’analyste, la passe, étant non moins clairement situé du côté d’un passage à l’acte – d’un « passage à l’acte éclairé », suivant un oxymore de Lacan. Avec ce « détour » par les cas, mais qui ne lâche pas l’horizon de ce qui se joue en fin de partie d’analyse, ce petit livre réussit à nous éclairer sur une distinction que l’auteur avance depuis L’Autresexe (2015), celle entre deux analytiques du sexe. L’introduction du saut épique et sa distinction avec le passage à l’acte permet de mieux lire comment, côté passage à l’acte, la première analytique se réfère à l’objet a et comment, côté saut épique, la seconde analytique se réfère au non rapport-sexuel.

    Si elle intéresse la pratique analytique, cette introduction du saut épique comme nouvelle modalité de l’acte, distincte du passage à l’acte comme de l’acting out, n’intéresse pas moins la pratique en institution.
La « solution » du passage à l’acte. Le double crime des sœurs Papin, (1984, avec Érik Porge et Mayette Viltard) ; Marguerite, ou l’Aimée de Jacques Lacan (1990) ; Louis Althusser, récit divan (1992) ; Ombre de ton chien. Discours psychanalytique, discours lesbien (2004).

 

Le Mercredi 26 février 2019 à 20h45  Hôpital de jour Gombault Darnaud 24 rue Bayen 75017 Paris  

Entrée libre